Association TDà Pour aider les personnes touchées par le Trouble du Déficit d’Attention avec ou sans Hyperactivité à mieux vivre avec... Pour accompagner les personnes qui “dys-fonctionnent”.
Association TDàPour aider les personnes touchéespar le Trouble du Déficit d’Attentionavec ou sans Hyperactivitéà mieux vivre avec...Pour accompagner les personnesqui “dys-fonctionnent”.

TDA : L'association pour T'AiDer A

 

Bienvenue sur le site de l’association T’AiDer A.

Animée et dirigée par Pierre d’Alboy, cette association propose des séjours pour adultes et enfants (à partir de 9 ans) en difficultés et plus spécifiquement les personnes atteintes d’un TDAH et troubles dys.

 

Diverses formules sont proposées : à la journée, 2 à 3 jours, week-ends, semaine, en groupes, ou en individuel, ou en Famille.

 

Apprendre à se servir de son trouble comme d’un atout, trouver des compensations pratiques et efficaces, apprendre à désamorcer les conflits rapidement, découvrir des méthodes de relaxations , améliorer l'estime de soi, redonner à chaque membre d’une famille sa place, se découvrir autrement que dans le quotidien ou le scolaire ou le travail… 

 

Pour chaque séjour collectifs, un nombre de place limité, un encadrement important (2 adultes en permanence pour un max de 8 enfants) et des objectifs de séjours personnalisés, discutés avec l’enfant et sa famille ou l’adulte avant l’inscription.

 

Ces séjours se veulent donc agréables, ludiques et sportifs (accessibles aux débutants), mais aussi utiles et pratiques, permettant, nous l’espérons, d’apporter un vrai plus aux personnes présentant ces troubles, et à leur famille.

 

Pour participer aux séjours, il est nécessaire d’adhérer à l’association (bulletin à télécharger sur cette page).

 

Consultez régulièrement le site, des week-ends seront proposés, et des long séjours lors des vacances scolaires.


N’hésitez pas à nous contacter pour des questions, demandes particulières ou urgentes comme les séjours famille, ou journées/séjours individuels, entretiens (séjour de mise au point, séjour de rupture avec le quotidien…)

 

l' association soutien egalement un projet de recherche et une approche innovante portée par M.Mario SANCHEZ psychologue et chercheur en neuro sciences  dont voici un texte d'introduction (cf CV dans rubrique équipe)

 

 

Fondamentaux pour la Recherche et le Traitement du TDA-ADHD

 

Mario SANCHEZ

____________________________________________________________________________

 

Depuis quelques années dans le monde et particulièrement en Europe, se surdéveloppent et se généralisent les problématiques du diagnostic, de l’accompagnement, et surtout celle du traitement pharmacologique des jeunes enfants et adolescents désignés comme TDA et ADHD, diagnostics les plus fréquemment cités  dans l’actualité.

 

Un lien évident existe entre ces enfants et les futurs usagers de drogues illicites, thème déjà rencontré dans la littérature des années 90.

Ceci est une évidence objective pour quiconque fréquente suffisamment les deux groupes.

 

En résumé, ce qui est le plus remarquable chez ces enfants, est leur excès d’énergie qui devient alors insupportable pour eux-mêmes et pour leur entourage.

Curieusement, la science et la médecine ont pris l’option de leur administrer de puissants stimulants neurobiologiques, et ceux là, étonnamment, ont réussi à calmer ces enfants.

Nous voulons dire: non seulement par l’amélioration de leur concentration; ils parvenaient à apaiser leur conduite incontrôlable et oppositionnelle, créant même dans un premier temps une sensation agréable chez le patient.

 

Parvenir à traiter efficacement ces situations est d’une extrême importance non seulement pour l’enfant, mais aussi pour sa famille et plus largement pour son entourage social.

Habituellement un enfant dysfonctionnel est rapidement et directement disqualifié du fait de son hyperactivité ou bien de sa déconcentration permanente.

Il  devient ainsi un  sujet dit ’’inadapté’’ et ce, souvent avant ses 10 ans.

La déscolarisation ou la nécessité d’un assistant pour palier aux limitations apparaissent souvent vers les 8 ans, premier signe d’une possible désocialisation croissante.

Ceci est le fruit de la rencontre d’une pathologie mal cernée et du manque d’un traitement valable, qui fatalement induit de plus en plus d’incompréhension de l’entourage.

 

Les thérapies psychologiques peuvent contribuer grandement à un certain degré d’amélioration, par une  réinterprétation de la situation et du fil familial - tout comme le fait 

le remarquable travail des supports scolaires, ou le travail d’étayage par la physiothérapie.

 

Néanmoins, cela n’est pas suffisant pour modifier la force de la symptomatologie évidente, ni pour apaiser le désordre intérieur, de plus en plus massif au fil du temps.

L’évolution est le plus souvent chaotique, et les familles mettent une volonté herculéenne là où nos solutions sont déficitaires, l’effort n’étant pas toujours synonyme, ni forcément chemin de guérison.

Les voies thérapeutiques sont alors abandonnées et les efforts académiques risquent pour un grand nombre d’être caduques, voire de limiter le patient à de faibles perspectives de par sa condition.

Là où l’amélioration n’est pas spontanée au cours du développement de l’enfant vers l’adolescence ou la prime jeunesse, les sujets évoluent vers des formes d’hétéroagressivité de plus en plus marquée.

Discrets chemins qui vont de l’oppositionnel jusqu’à l’antisocial.

Surexcitation et/ou apathie, euphorie et tristesse inattendues se font sentir, et marque une distance d’avec des liens sociaux normaux. Les fonctions cognitives cèdent, le vacarme mental est de plus en plus envahissant, l’incapacité à capter même les messages relativement complexes s’enracine, l’anxiété devient récurrente et l’inquiétude de la rencontre de l’autre force la misanthropie…

Les institutions se ferment, malgré une réelle bonne volonté; les efforts des familles s’effondrent, face à cette impuissance.

Des lors que ce même enfant sujet à ce type de syndrome croisera le chemin du cannabis ou inversement, voire de l’alcool, il ressentira enfin un soulagement et au bout de quelques prises, une libération.

Si nous n’avons pas été capables de soulager, traiter et faire disparaître sa souffrance, il n’aura plus qu’à se débrouiller avec les moyens du bord. Ces compagnons chimiques d’infortune deviendront alors de précieux alliés.

Vous êtes devant l’origine de nombreuses “addictions”, dont un mal neurologique mal identifié et non traité en est la cause.

 

Aujourd’hui plus qu’hier nous pouvons plus clairement énoncer, qu’une bonne partie  des usagers de drogues autour du globe sont d’anciens enfants troublions et intenables qui font de l’automédication avec plus ou moins de bonheur à partir des produits illicites.

 

Nous pouvons aussi mieux comprendre le choix de la science et de la médecine, qui ont jugé juste et utile de traiter ces enfants avec des amphétamines et autres puissants stimulants: ils y voyaient une réponse efficace.

Les usagers des drogues aussi: mais ces derniers nous montrent le résultat de l’application de cette orientation thérapeutique à moyen et long terme.

En effet ces molécules stimulantes sont effectivement une solution temporaire aux symptômes, qui aggravent le trouble sous-jacent pour un bon nombre de cas.

 

L’aspect limité des bénéfices obtenus par l’application des molécules neurostimulantes a pu être mise en évidence sur un certain nombre de ces traitements.

Le soulagement n’est que temporaire, et son caractère immédiat ne doit pas nous tromper quant à la limitation de la possibilité d’en retirer une réelle satisfaction, sur le moyen et long terme.

 

Dans l’avancée des travaux de recherche sur les addictions et d’autres pathologies mentales, et dans nos propres travaux, nous sommes un certain nombre à chercher des alternatives à l’utilisation de stimulants du système nerveux. Nous observions également la nécessité de préciser les diagnostiques et les étiologies de troubles que nous traitions, pour mieux les différencier de double diagnostics psychiatriques parfois hasardeux.

 

Dans cette recherche et par l’interprétation permanente des réactions et des syndromes, nous sommes parvenus à une considération innovante bien que très classique.

Les situations que nous avons observées concordent en tous points avec des troubles de type neurologiques, et non pas psychiatriques, avec une symptomatologie identifiable dans les troubles épileptiformes.

Sous cette orientation, nous parvenons à des résultats souvent très satisfaisants et stables chez un certain nombre de sujets diagnostiquées comme TDS ou ADHD.

 

Notre approche consiste à identifier le détail de la situation clinique à l’aide de l’échelle PHAS  (cours de la Pensée, état de l’Humeur, perturbations de l’Altérité, et troubles du Sommeil) que nous avions développé dans les années 2004/08, et à utiliser de manière  sélective des traitements psychotropes,  toujours à l’exclusion des stimulants.

Nous intégrons l’accompagnement socio-éducatif, neuropsychologique et médical dans une seule et même démarche.

 

 

 

                                                                                              Mario SANCHEZ

Livre d'or

Commentaires

Veuillez entrer le code.
* Champs obligatoires
  • Godel (samedi, 23. janvier 2016 10:58)

    Bonjour
    Je suis helene Godel ma fille et aimerion faire un sejour a chamonix mont blanc
    Merci de me repondre au 0753825516 .

  • Sylvaien RUPF (samedi, 26. décembre 2015 16:00)

    J'ai eu à de multiples occasion l'opportunité d'échanger avec Pierre. Des échanges toujours très enrichissants que je compte bien compléter par un réel suivi avec mon fils adolescent

  • Florence CREPIN (lundi, 19. octobre 2015 14:52)

    ma fille de 7 ans et demi à l'époque a fait un week end à Chamonix et en est revenue enchantée !!! un grand merci à Pierre !!!!

  • patrick (mercredi, 07. octobre 2015 16:27)

    Notre fils adopté a été suivi par Monsieur d'Alboy. Cela a été un long processus de médiation entre lui et ses parents et ses désirs. Il s'était descolarisé. Ce processus a aidé notre fils a
    réfléchir sur lui-même et à faire le choix de se soigner psychologiquement. Nous sommes au milieu de ce processus qui commence à porter ses fruits.

Urgent / bénévoles

Cherche personnes intéressées pour être membre du conseil d'administration

Cherche pour encadrement stage, we, parents, amis ou personnes concernées par le TDAH.

Cherche intervenants (professionnels en formation) susceptibles d'intervenir bénévolement pendant les stages et week ends en vue de constitution d'une équipe  : masseurs, éducateurs, BAFA, MINDFULNESS,YOGA, art thérapeuthes, naturopathes, nutrionistes

URGENT

 

Liens utiles

TDAH France : L'association de référence du TDAH en France et partenaire de l'association.

DeclicSchool

Dysandco

Pour nous trouver

TDA
13 Rue de Charmoisy
74000 Annecy

 

Téléphone : 0685660256

 

Brochure et inscription

Télécharger la plaquette
Plaquette TDA 2014.pdf
Document Adobe Acrobat [3.5 MB]
Formulaire de liaison
Fiche de Liaison formulaire vierge.pdf
Document Adobe Acrobat [538.7 KB]
Bulletin d' inscription
bulletin d'inscription stage-week end 20[...]
.pdf Fichier [70.5 KB]
Adhésion
bulletin d'adhésion tdà 2015..pdf
.pdf Fichier [120.8 KB]